image d'illustration
Actualidad

Cinco buenos motivos para ir a ver la exposición Jakuchū

Cinco razones para convencerse de ir a visitar esta exposición única que dura apenas un mes.

 

Un regalo de excepción para todos los parisinos… El público podrá ver, del 15 de septiembre al 14 de octubre, los treinta rollos de la colección «El reino colorido de los seres vivos» de Itō Jakuchū en el Petit Palais.

 

De una gran delicadeza, estos trabajos de Jakuchū son auténticas obras maestras de la pintura sobre seda que fascinan por su excelencia técnica y por el fulgor de la vida materializado en su cortejo de seres animados, como bien lo demuestra el éxito que está teniendo la exposición entre el público parisino.

 

Si aún necesita más motivos para venir a visitar con sus familiares el maravilloso «reino colorido de los seres vivos», estas son algunas de las razones para dejarse convencer.

Museo

Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Francia

1] ¡Porque la exposición dura menos de un mes!

Paon blanc

Debido a su gran fragilidad, los treinta rollos de seda se exponen al púbico durante treinta días nada más, del 15 de septiembre al 14 de octubre de 2018. Se necesitaron no menos de seis años de restauración para devolverle a esta serie de pinturas «El reino colorido de los seres vivos» su esplendor original.

 

¿Qué mejor motivo para empezar a planificar su visita? Podrá ver la exposición de martes a domingo de 10 h a 18 h.

 

También puede optar por una visita nocturna los viernes hasta las 21 h y los sábados y domingos hasta las 20 h.

2] Parce que c’est la première fois en France

Paon blanc avec des coeurs

Les œuvres de Jakuchū sont non seulement fragiles, mais elles sont également d’une très grande rareté…

Grâce à un prêt exceptionnel de l’Agence de la Maison Impériale, la série du "Royaume coloré des êtres vivants" quitte le musée des collections impériales de Tokyo, pendant un mois, pour être exposée pour la première fois en Europe !

Un événement majeur et unique lorsqu’on sait qu’en 2016, l’exposition Jakuchū organisée à Tokyo a battu des records d’affluence avec 450 000 visiteurs en un mois !

3] Parce que l'exposition touchera les amoureux de la nature

Poissons

Vous le constaterez dès le premier regard lorsque vous irez voir l’exposition : l’ambition de Jakuchū a été d’exprimer toute la pureté, la beauté et la force vitale des végétaux, des oiseaux, des insectes, des reptiles et autres poissons qui peuplent le monde naturel.

C’est véritablement cet éclat de vie que Jakuchū a voulu dépeindre dans son "Royaume coloré des êtres vivants". Ses grands rouleaux de soie font état d’une fine observation des éléments de la nature ; ce qui lui a valu d’être reconnu comme un artiste incontournable du genre pictural "d’après-nature".

4] mais aussi les personnes qui sauront admirer sa technique

Coq

D’après Aya Ōta, commissaire de l’exposition : "Le charme étrange qui attire spectatrices et spectateurs – tous âges confondus - vers ces peintures s’explique sans doute par cette expression de la beauté et l’exubérance des formes du vivant ( …) et touche la sensibilité de ceux qui regardent son travail". Si le spectateur au premier abord est subjugué par la beauté des peintures, il lui suffit d’approcher son regard sur les toiles pour que se dévoilent les techniques employées par l’artiste.

Jakuchū utilise une technique dite de "la coloration du revers" (urazaishiki) qui consiste à appliquer des couleurs au revers de la soie possédant une transparence similaire à celle de la gaze. A cela s’ajoute l’usage de la coloration de l’avers de la toile de soie donnant ainsi un effet d’épaisseur des surfaces peintes tout en obtenant des couleurs adoucies.

Pour traduire l’éclat des couleurs, Jakuchū utilise des matières colorantes obtenues à partir de pigments broyés ou de la pulvérisation de minéraux ou de coquilles. De même, pour les besoins de son œuvre, l’artiste crée de la colle animale à base de peau, d'os, de tendons et encore de viscères d’animaux !

D’autres techniques issues des écoles de peintures traditionnelles sont mises en application par l’artiste : absence de délinéation de motifs, estompage, dégradé inversé, application d’une couche de couleurs sur une surface humide… un concentré de techniques réunies dans cet ensemble de 30 rouleaux !

5] Parce que Jakuchû est un artiste populaire

Canards

Depuis plusieurs années, l’artiste connaît un engouement considérable. Outre l’exposition organisée à Tokyo en 2016, la National Gallery of Art de Washington avait exposé les 30 rouleaux en 2012 lors d’une exposition exceptionnelle qui a attiré plus de 300 000 visiteurs en quatre semaines. "C’est l’une des plus belles expositions qu’il m’a été donné de voir" affirme Holland Cotter, critique d’art du New York Times.

En France, les premiers échos de la presse pour l’exposition au Petit Palais sont positifs.

Un très bon début qui lance la saison "Japonismes 2018" sur les chapeaux de roues ; en attendant les autres manifestations artistiques célébrant le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France.