Expo Prat
Actualité

L'exposition "La Force du dessin" au Petit Palais se dévoile

Entièrement montée, l’exposition « La Force du dessin, chefs d’œuvres de la Collection Prat » attend patiemment la réouverture du Petit Palais prévue le 16 juin 2020 pour vous être présentée.

Cette exposition met à l’honneur la Collection Prat, certainement l’un des ensembles les plus remarquables au monde de dessins français allant du XVIIe jusqu’au début du XXe siècle.

Découvrez le parcours de l’exposition en avant-première.

Présentation de l'exposition

Initiée dans les années 1970 par Louis-Antoine et Véro­nique Prat, elle est la première collection privée à avoir fait l’objet d’une présentation au Louvre en 1995. Vingt-cinq après, le Petit Palais entend témoigner de la vitalité de la collection qui s’est enrichie ces dernières années de pièces majeures montrées ici pour la première fois. Les 184 feuilles présentées comptent parmi les dessins les plus importants de Callot, Poussin, Le Brun, Watteau, Prud’hon, Ingres, Delacroix, Redon, Cézanne ou Tou­louse-Lautrec …

Exposition La Force du dessin au Petit Palais

Le parcours de l’exposition, un panorama du dessin français de 1580 à 1900

La Collection Prat se concentre sur l’école française avant 1900, et constitue un survol particulièrement représentatif de trois siècles de création, de Callot à Seurat. L’exposition propose donc de suivre ce fil chronologique tout en offrant quelques incursions thématiques.

Prat_Petit Palais
pratt
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais
Prat_Petit Palais

Les dessinateurs français entre Paris, Rome et la province

Le parcours s’ouvre sur une série de dessins du XVIIe siècle qui témoignent de l’influence de l’Italie chez les artistes français comme François Stella à la fin des années 1580 dont le dessin présenté ici est le plus ancien de la collection. Le Lorrain, Jacques Callot, Poussin bien sûr, ainsi que Vouet traverseront aussi les Alpes et l’influence de ce séjour s’exprime dans les feuilles réunies.

Noël Coypel, Femme projetée en arrière (La Fraude)

Noël Coypel, Femme projetée en arrière (La Fraude), XVIIe siècle, Collection Prat

La couleur face au dessin : Rubénistes et Poussinistes

La section suivante présente plusieurs dessins préparatoires aux décors de Versailles par Le Brun, Coypel ou La Fosse. Les deux amateurs ont toujours privilégié dans leurs choix des œuvres très significatives du point de vue de l’histoire de l’art, et certains de leurs plus fameux dessins sont liés à la genèse d’œuvres séminales de la peinture française.

Boucher, Bacchus

Boucher, Bacchus, XVIIIe siècle, Collection Prat

Le style Rocaille

L’exposition aborde ensuite le style Rocaille avec Watteau et Boucher. Poursuivant cette évocation du XVIIIe siècle, Natoire et Greuze évoquent tour à tour le dessin sur le motif, ainsi que les débuts du réalisme et la recherche de vérité psychologique dans le portrait, sans oublier la fantaisie d’un Fragonard.

Un bel ensemble de projets sculptés ou architecturaux, de Bouchardon, Challe, Petitot, Desprez ou Hubert Robert manifestent de la prégnance encore du séjour romain en plein siècle des Lumières.

Le néoclassicisme ou le triomphe de la vertu

Viennent ensuite des illustrations fortes du retour à l’Antique comme en témoignent plusieurs oeuvres de Jacques-Louis David dont un dessin préparatoire pour La Douleur d’Andromaque. À la même époque, d’autres artistes comme Boilly ou Prud’hon élaborent un style tout à fait personnel. Ce début du XIXe est marqué par des tensions entre l’affirmation du style néo-classique et l’émergence du romantisme.

Prud’hon, L’âme quittant les liens

Prud’hon, L’âme quittant les liens, XIXe siècle, Collection Prat

Ingres, Songe d’Ossian

Ingres, Songe d’Ossian, XIXe siècle, Collection Prat

Multiplicité du premier XIXe siècle, académismes et réalismes après 1850

Les feuilles de Gros, Géricault, et trois beaux ensembles de Ingres, de Delacroix et de Chassériau offrent un florilège des tendances esthétiques qui agitent cette période si riche. L’exposition aborde ensuite les académismes et les réalismes d’après 1850 avec les dessins de Corot, Courbet, Millet, Daumier ou encore Carpeaux, Gustave Doré et Puvis de Chavanne.

Victor Hugo, La Tour des rats

Victor Hugo, La Tour des rats, XIXe siècle, Collection Prat

Dessinateurs littéraires et tendances symbolistes

Une sélection remarquable de dessins d’écrivains enrichit de façon originale ce panorama avec de magni­fiques lavis et encres de Victor Hugo et de Baudelaire complétés par des œuvres symbolistes de Redon et de Gustave Moreau d’inspiration littéraire.

Vers la modernité

Le parcours se termine en ouvrant vers la modernité avec des feuilles de Manet, Degas et Rodin. Les expéri­mentations de Seurat et de Cézanne achèvent magistralement la présentation de cette collection construite et réfléchi avec le plus grand soin par deux amateurs engagés et passionnés.

Paul Cézanne, Les grands arbres

Paul Cézanne, Les grands arbres, XIXe siècle, Collection Prat

Interview de Louis-Antoine Prat, collectionneur

À l’occasion de l’exposition, Louis-Antoine Prat s’est prêté à un entretien pour raconter l’histoire de sa collection et de ses évolutions.

Interview de Louis-Antoine Prat

Activités en famille à la maison autour de l’exposition

Puzzle Collection Prat Petit Palais

Pour vous occuper et patienter avant l’ouverture de l’exposition, le Petit Palais vous a préparé de nombreuses activités à réaliser en famille : puzzles, coloriage, dessins à compléter, jeux de détails et de mots, il y en a pour tous les goûts !

Retrouvez toutes ces activités en cliquant ici.

Pour aller plus loin...