sylvie zaidman
Actualité

5 questions à Sylvie Zaidman, directrice du musée de la Libération de Paris - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin

Chaque semaine les directeurs des musées de la Ville de Paris sont invités à présenter leur musée en 5 questions/réponses. 

Cette semaine c'est Sylvie Zaidman, directrice du musée de la Libération de Paris - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin qui nous parle de son parcours, de son musée et de ses collections.

Comment est née votre passion pour l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

J’ai eu la chance, étant adolescente, de rencontrer des témoins de la guerre civile espagnole et de la Résistance. Grâce à eux, j’ai découvert un autre récit des événements, des engagements, des espoirs et des souffrances d’hommes et de femmes, des histoires individuelles et collectives, qui s’entremêlaient avec l’Histoire « avec sa grande Hache » telle qu’on l’enseigne. Au fil du temps, j’ai développé mon goût pour l’enquête, le croisement des documents, l’exploration toujours renouvelée, l’immersion dans les récits. Mon objectif est d’approfondir et de partager une histoire qui nous concerne tous, aujourd’hui encore.

Mon parcours est le reflet de cette passion pour l’histoire contemporaine. Après un doctorat d'histoire, j’ai mené une recherche auprès des témoins sur la Résistance en banlieue parisienne. Je me suis aussi intéressée aux questions de transmission et de médiation des contenus scientifiques. Après le concours de conservateur du patrimoine, j’ai dirigé un département des Archives nationales avant de prendre en charge le déménagement des œuvres et la scénographie du musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin : une belle concrétisation de ma passion.

Présentez-nous le musée en 3 œuvres

Les œuvres du musée racontent aux visiteurs Paris occupé et libéré, l’engagement de Jean Moulin et celui de Philippe de Hauteclocque (le général Leclerc).  J’ai choisi d’évoquer la boîte de pastels de Jean Moulin avant la guerre, qui témoigne des pratiques artistiques du préfet. Moulin n’a jamais cessé de dessiner jusqu’à sa mort en 1943.

Autre œuvre importante, la carte de "François Leclerc", établie en juillet 1940 à l’arrivée de Philippe de Hauteclocque à Londres, incarne son engagement immédiat aux côtés du général de Gaulle.

Enfin, la robe de la Libération me parait une œuvre emblématique de la liesse partagée le 26 août 1944, à la Libération de Paris.

Boîte de pastels de la marque Lefranc ayant appartenu à Jean Moulin

Boîte de pastels de la marque Lefranc ayant appartenu à Jean Moulin, Entre 1919 et 1938 © Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin / Paris Musées. Photo Lyliane-Khoshpanjeh

Carte d'identité de "François Leclerc", juillet 1940

Carte d'identité anglaise au nom du capitaine François Leclerc, juillet 1940 © Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin  / Paris Musées

Robe de la Libération

Robe tricolore décorée avec des monuments parisiens, 26 août 1944 ©  Musée du général Leclerc et de la Libération de Paris - musée Jean Moulin / Paris Musées. Photo Julien Vidal

Une anecdote à nous raconter sur le musée ?

J’ai évoqué la robe de la Libération présentée dans le musée. Elle a été cousue par une Parisienne, Marguerite Sabaut. Or, j’ai été contactée cet automne par Madame Madeleine Brun qui souhaitait elle aussi faire le don de la robe de la Libération qu’elle a porté le 25 août 1944 à Paris. Contrairement à celle que nous présentons actuellement, cette robe ne fait que 46 cm de haut car à l’époque, Madeleine avait à peine 2 ans !

Quelle est votre œuvre préférée dans votre musée ?

Objets de soldats morts aux combat,

Objets de soldats morts aux combat, retrouvés dans des chars du 12ème Régiment de Cuirassiers

Voici un exemple des œuvres émouvantes présentées dans le musée. Après le débarquement, les combats en Normandie ont été très durs, en particulier le 11 août 1944 vers Alençon. Des chars du du 12ème Régiment de Cuirassiers et leurs équipages ont été carbonisés.

Leurs camarades ont récupéré dans les carcasses des blindés de menus objets, une clé, une montre, des pièces de monnaie, des boutons ayant appartenu aux soldats tués. La Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque les a donnés au musée.

Ces œuvres touchantes reflètent la violence de la guerre et la force de la camaraderie.

Quelle sera la prochaine exposition à découvrir au musée ?

Exode

Nous allons prolonger l’exposition « 1940 : les Parisiens dans l'exode » en ajoutant une réflexion sur les mécanismes individuels et collectifs en cas de crise, à la lumière des événements que nous venons de traverser.

Début 2021, le public pourra découvrir une exposition artistique pour varier les approches des événements historiques. Alberto Giacometti a réalisé en 1946 de petites sculptures-portraits d’Henri Rol-Tanguy, le commandant des FFI de la région parisienne à l’été 1944. Nous entrons grâce à cette exposition dans une autre dimension de la fabrique de l’histoire.

Question bonus : ce que vous préférez dans votre métier ?

Cela va vous sembler curieux, mais ce que je préfère dans mon métier c’est l'aventure collective. J’ai travaillé pendant 4 ans aux côtés des directions techniques de la Ville et de Paris Musées pour ouvrir le musée. C’était un vrai défi : il fallait restaurer le bâtiment, réaliser les installations nécessaires pour accueillir un musée, définir le projet scientifique, élaborer la scénographie, déménager les œuvres et inaugurer ce bel ensemble le 25 août 2019, pour le 75e anniversaire de la Libération de Paris ! Et on y est arrivé ! Chaque projet est un nouveau pari à relever ensemble.

Musée de la Libération

Vue de la façade du musée de la Libération de Paris– musée du général Leclerc – musée Jean Moulin. Photo : Ville de Paris

Musée de la Libération de Paris

Musée de la Libération de Paris © Pierre Antoine

Musée de la Libération de Paris

Musée de la Libération de Paris © Pierre Antoine

Musée de la Libération de Paris

Musée de la Libération de Paris © Pierre Antoine

Musée de la Libération de Paris

Musée de la Libération de Paris © Pierre Antoine

Pour aller plus loin...