musique
Actualité

Playlist : les musées de la Ville de Paris en musique !

Les musées de la Ville de Paris sont actuellement fermés au public, mais ils continuent de vivre : vous pouvez aller à la rencontre de la richesse de leurs collections en ligne…Et les (re)découvrir en musique, avec notre playlist spéciale Paris Musées ! 

Musée d’Art Moderne de Paris : Erik Satie, musicien moderne

Ami de Suzanne Valadon, de Tristan Tzara, de Marcel Duchamp ou encore de Man Ray, le compositeur Erik Satie a accompagné les artistes modernes de son piano délicat et de son esprit vif.

Les Gymnopédies font partie de ses oeuvres les plus célèbres : composées en 1888 après sa lecture du Salammbô (1862) de Gustave Flaubert. Ces trois pièces ont eu une influence considérable sur la musique du XXème siècle, grâce à leur dépouillement et leur minimalisme inédits. 

Erik Satie

Erik Satie

Musée Bourdelle : Beethoven et sa Neuvième symphonie

Bourdelle devant Beethoven

© Paris Musées / R. Chipault 

Beethoven a été pour le sculpteur Antoine Bourdelle une obsession à bien des égards.

Sa musique, sa figure, son ambition lui ont inspiré pas moins de quatre-vingts sculptures, superbes portraits d’un Beethoven au visage malaxé, ainsi qu’une vingtaine de dessins et de photographies. Un nouvel accrochage "Bourdelle devant Beethoven", à voir jusqu'au 17 janvier au musée Bourdelle, illustre l’histoire de cette obsession.

L’occasion est donc belle de (ré)écouter l’incontournable Neuvième symphonie composée entre 1822 et 1824 pour le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse. 

 

Symphonie Beethoven

Petit Palais : une rêverie visuelle et sonore signée Debussy

Henner reverie

Jean-Jacques Henner, Rêverie, Huile sur toile, vers 1904-05, Petit Palais

Un effort d’imagination, et nous y voilà : devant le tableau Rêverie (1904-1905) de Jean- Jacques Henner.

Cette oeuvre du Petit Palais pourrait parfaitement dialoguer avec la Rêverie de Claude Debussy, créée en 1899 ; un piano doux, propice aux songes.

Claude Debussy était par ailleurs un grand amateur de peinture, aussi attentif aux images, aux textures, aux couleurs qu’aux sons… 

Reverie Debussy

Musée de la Vie romantique : une valse de Chopin

Musée de la Vie romantique

© B. Fougeirol

Au début du XIXème siècle, bien des artistes fréquentent le quartier de la Nouvelle Athènes. Le peintre Ary Scheffer se fait construire une maison dotée de deux ateliers, transformée aujourd’hui en musée de la Vie romantique.

Entre ces murs vinrent George Sand, Frédéric Chopin… C’est ce dernier qui nous hante, avec sa célébrissime Valse op. 69 en si mineur, monument d’émotion emblématique de la période romantique, destiné à être jouée pour le public restreint d’un salon.

Chopin n’avait que 19 ans lorsqu’il l’a composée, et le public dût attendre 1855 pour la découvrir, après la mort du compositeur. 

Valse Chopin

Valse Chopin

Palais Galliera : quand Chanel aimait Stravinsky

Chanel

© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, Dist. RMN - Grand Palais / François Kollar 

Le Palais Galliera vient tout juste de sortir de ses longs travaux, et présente une grande exposition dédiée à Gabrielle Chanel.

Le saviez-vous ? La couturière a un temps été en couple avec Igor Stravinsky, compositeur du Sacre du Printemps en 1913.

C’est peu de temps après qu’ils se rencontrent et s’aiment, comme le raconte le film Coco Chanel et Igor Stravinsky réalisé par Jan Kounen en 2009. À voir, et à écouter absolument. 

Sacre du printemps

Sacre du printemps

Musée de la Libération de Paris : Mireille Mathieu chante la liberté

Désormais installé place Denfert-Rochereau, ce musée historique retrace la Libération de Paris après des années de guerre, résonnant tout particulièrement avec cette célèbre chanson de Mireille Mathieu.

Écrite par Maurice Vidalin et composée par Maurice Jarre en 1966, Paris en Colère est un cri du coeur qui parle de la liberté « à n’importe quel prix ». « Et Paris peut aller danser, il a retrouvé la lumière » : espérons que ces paroles soient bientôt possibles de nouveau ! 

Mireille Mathieu

Mireille Mathieu

Musée Cognacq-Jay : le XVIIIème siècle de Bach

Le musée Cognacq-Jay fait la part belle au XVIIIème siècle, à travers ses peintures, ses sculptures et son extraordinaire collection d’objets de vertu, dotés de mécanismes élégants et amusants.

Le XVIIIème est également un siècle de compositeurs, marqué par deux immenses génies, Wolfgang Amadeus Mozart et Jean-Sébastien Bach. Ce dernier a notamment composé de très belles suites pour violoncelle seul… 

Bach violoncelle

Bach violoncelle

Crypte archéologique : Édith Piaf chante Notre-Dame

En 1952, Édith Piaf est déjà l’immense star que l’on connaît. Iconique, elle s’attaque à un monument presque aussi grand qu’elle : la cathédrale Notre-Dame.

Elle en décrit les alentours et les habitants (« pigeons de la Cité », « le clochard (…) qui se prend pour Quasimodo ») avec sa gouaille habituelle, et glisse un brin de poésie dans le ciel gris au-dessus de Paris.

Un clin d’oeil à l’exposition que consacre en ce moment la Crypte à l’histoire de la perception de Notre-Dame au XIXème siècle

Edith Piaf

Edith Piaf

Maison de Victor Hugo : Georges Brassens interprète un poème

C’est la rencontre de deux univers et de deux époques. Lorsqu’en 1954, le chanteur Georges Brassens s’empare du poème Guitare de Victor Hugo paru en 1837, il l’arrange à sa manière et le renomme Gastibelza (L'Homme à la carabine).

Avant lui, plusieurs musiciens se sont essayés à l’exercice : Hippolyte Monpou, Franz Liszt et Jacques Offenbach. Pas de quoi effrayer notre Brassens, dont la voix fait rouler en refrain « Le vent qui vient à travers la montagne me rendra fou ! ». 

Brassens

Brassens