Bons plans gratuits
News

10 bons plans gratuits pour profiter des musées de la Ville de Paris

Animations gratuites, jardins et chefs-d’œuvre en accès libre : les musées de la ville de Paris offrent mille possibilités aux amateurs de bons plans gratuits !

On ne le répètera jamais assez. Pourtant, certains l’ignorent encore… Les collections permanentes des institutions de Paris Musées sont gratuites (à l'exception de la Crypte Archéologique et les Catacombes) et nous donnent à voir d’incontournables chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art et de l’architecture.

Avec, en prime, des animations gratuites et des jardins en libre accès. Petite piqûre de rappel des bons plans de Paris Musées !

Imaginer l’écrivain au travail à la Maison de Victor Hugo

(c) Fabrice Gaboriau

(c) Fabrice Gaboriau

Située place des Vosges, la Maison de Victor Hugo propose de visiter l’appartement où vécut l’écrivain de 1832 à 1848.

Le parcours restitue un aperçu vivant de la vie de Victor Hugo et présente ses meubles, ses objets personnels et sa collection d’œuvres d’art (dont certaines créées par lui-même !).

Une visite littéraire à découvrir d'urgence avant la fermeture du musée le 16 avril 2019 pour travaux !

 

(Re)voir le Sommeil de Gustave Courbet

Le Sommeil de Gustave Courbet

Le Sommeil de Gustave Courbet

C’est l’un des chefs-d’œuvre des collections du Petit Palais : Le Sommeil de Gustave Courbet (1866) représente deux femmes allongées, les yeux clos, alanguies l’une contre l’autre.

La tension érotique qui se dégage de leurs chairs de porcelaine enlacées vaut le détour ! Les regards pudiques s’attarderont sur le très joli bouquet de fleurs qui, timidement, tente de se faire une place aux côtés des deux femmes aux volumes charnels… Superbe !

 

Se prélasser dans le jardin du musée de la Vie romantique

Musée de la Vie romantique

Musée de la Vie romantique

C’est bientôt le printemps ! Il est grand temps de refaire un tour au musée de la Vie romantique, installé au bout d’un passage étroit du 9e arrondissement.

Éloigné des bruits de la ville, le joli jardin se fait petit coin de paradis.

Des roses embaument l’atmosphère – on s’assoit volontiers un instant pour observer les ballets d’abeilles et se laisser aller à une rêverie. Et si l'on souhaite, on peut s'offrir même un petit plaisir gourmand au salon de thé « Rose Bakery »  qui complètera la visite d’une touche sucrée !

 

Revenir en 1900 avec l’architecture du Petit Palais

Petit Palais

Petit Palais

S'étourdir en marchant autour des statues, plonger dans le regard des portraits peints… Et lever les yeux vers l’architecture ! Trop souvent oubliée lors de nos visites de musées, celle-ci est souvent remarquable.

A l'image de celle du Petit Palais. Conçu à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900 par l'architecte Charles Girault, le Petit Palais est organisé autour d’un jardin en demi-cercle et possède une impressionnante façade de 150 mètres de longueur. L’architecte avait à cœur d’apporter beaucoup de lumière naturelle à son édifice, d’où la présence de nombreuses verrières, coupoles et baies vitrées. Résultat ? Avec sa hauteur vertigineuse, sa luminosité parfaite et son entrée monumentale, le Petit Palais offre un écrin luxueux pour ses collections permanentes qui restent néanmoins gratuites !

 

 

Contempler le Centaure mourant d’Antoine Bourdelle

Centaure mourant (c) Benoit Fougeirol

Centaure mourant (c) Benoit Fougeirol

Immense, massif, quasi-monstrueux… Et pourtant si paisible... 

"Le Centaure mourant" (1911) est l’une des plus belles sculptures d’Antoine Bourdelle. Décliné en plusieurs états présentés au musée Bourdelle (son ancien atelier), le centaure, la tête doucement appuyée sur son épaule, est l’image même de la fragilité, de cette faille qui caractérise notre humanité.

Autre coup de cœur : l’"Héraklès Archer" de 1909, étiré dans un mouvement musculeux et éminemment sculptural.

 

Profiter d’un moment d’intimité au musée Zadkine

Jardin du musée Zadkine (c) B. Fougeirol

Jardin du musée Zadkine (c) B. Fougeirol

Installé à deux pas du vaste et très convoité Jardin du Luxembourg, celui du musée Zadkine saura séduire les personnes en recherche d’intimité et de quiétude.

Une vue sur les grandes verrières de l’atelier du sculpteur russe Ossip Zadkine, des plantes grimpantes… Et quelques sculptures évidemment ! On s’attardera notamment sur le "Projet de Monument à Apollinaire" (1938), hommage rythmé au poète surréaliste. Mais toutes les sculptures qui poussent au milieu des bosquets ont leur charme poétique : "La Naissance de Vénus", "Mélancolie", "Orphée", "La Poétesse", "Monument pour un jardin"… Et si on sortait son carnet pour écrire un petit poème ?

 

 

Visiter un authentique hôtel particulier en plein Paris

(c) Pierre Antoine

(c) Pierre Antoine

Installé au cœur du quartier du Marais dans l'hôtel de Donon, le musée Cognacq-Jay déploie de très belles collections du XVIIIe siècle… Au sein d’une architecture datant du XVIe siècle !

On observera la belle hauteur sous plafond du corps de logis et les combles en bois du dernier étage, avant de faire un petit tour dans la cour emblématique des hôtels particuliers du Marais. Sans oublier, bien sûr, de contempler les toiles d’Élisabeth Vigée Le Brun, de Jean-Baptiste Greuze et de François Boucher.

 

 

Assister à un concert dans un musée avec les Paris Musées OFF

Concert au musée Bourdelle

Ecouter un concert électro dans la salle des plâtres du musée Bourdelle ou danser sur le son d'un DJ set dans les galeries du Petit Palais... Oui, c'est possible avec les désormais très prisées soirées Paris Musées OFF !

En réservant gratuitement votre invitation (pensez à vous abonner à la page Facebook de Paris Musées OFF), vous participerez à une soirée thématique reprenant l'esprit de l'exposition en cours. Soirée étrange pour l'exposition "Khnopff", nuit "Enquête à la bougie" pour l'exposition "La Fabrique du Luxe", DJ Set pour l'exposition "Transmission/Transgression"... les Paris Musées OFF ( ou "PMOFF" pour les intimes), vous permettent de visiter gratuitement l'expo en cours et de profiter d'un concert au sein des collections du musée.

Le contraste est aussi bluffant que jouissif !